NUIT BLANCHE (2010) – revue de presse

NUIT BLANCHE (2010) – revue de presse

Finalement la danse contemporaine rencontre le tango et dépasse ainsi les limites et la répétitivité des shows (…) Si Pina Bausch avait fait appel au tango dans nombre de ses pièces, métaphore parfaite de l’amour impossible, c’est maintenant au tour de ceux qui proviennent du monde tanguero de faire, pour ainsi dire, le parcours à l’inverse.
Elisa Guzzo Vaccarino – Ballet 2000 n°211

………………………………………………..

Le dernier spectacle d’Union Tanguera revisite avec intelligence le vocabulaire du tango puro.Par des combinaisons inattendues, Nuit Blanche déroule un tango très contemporain qui peut dérouter les puristes.

Gallia Valette-PilenkoDanser n°298

………………………………………………..

L’œuvre de Claudia Codega et Esteban Moreno (…) est un spectacle d’une pleine dignité artistique et théâtrale qui enrichit l’intimité de la danse de couple avec une ouverture capable d’impliquer le public en le prenant dans une voltige élégante mais également puissante.
Eleena CacciatoriLa Cronaca, 11 mars 2010
………………………………………………..

La scène figure une milonga ou bien une salle de cabaret. La soirée est avancée et des couples bougent, nonchalamment, dans un décor très sobre. Ils exécutent une étonnante danse des verres, ballet choral pour trois danseurs et deux danseuses puis s’enlacent pour un tango amoureux. Le dernier spectacle d’Union Tanguera, présenté à la Maison de la Danse de Lyon où la compagnie est accueillie en résidence cette année, revisite avec intelligence le vocabulaire du tango puro. Par des combinaisons inattendues, Nuit blanche déroule un tango très contemporain qui peut dérouter les puristes. Même s’ils peuvent se réconforter de voir des danseurs impeccables danser un tango tout aussi impeccable et vivant. Les deux chorégraphes, Claudia Codega et Esteban Moreno, qui ont travaillé avec deux autres artistes, Roland Van Löor et Jorge Crudo, pour cette troisième production, creusent un sillon fertile entre la tradition et la modernité.

Gallia Valette-Pilenko
Danser / Maison de la Danse , Lyon
 – Mai 2010

………………………………………………..

 Tango jusqu’au bout de la nuit

Le tango contemporain n’est pas chose facile, ni ordinaire. Pour la troisième fois à l’affiche de la Maison de la danse, à Lyon, la compagnie franco-argentine Union Tanguera, dirigée par Claudia Codega et Esteban Moreno, tous deux argentins mais basés à Lyon, nouent avec intelligence les fils d’un geste traditionnel code avec ceux, très libres, de la création contemporaine. A charge pour les deux, en particulier pour le tango, de ne pas y perdre son sens, ni de virer à la caricature. Avec Nuit blanche, pour sept danseurs et quatre musiciens, les chorégraphes explorent le thème de la nuit, des limites, entre fiesta et solitude.

R. Bu
Le Monde Magazine – Mars 2010

………………………………………………..